C'est la tempête ici dans le sud ouest et la nuit a été difficile.. Cela ressemble un peu à la tempête ou plutôt à la révolution qui se passe depuis 2 ou 3 jours dans ma tenue du violon.

Je pense que je vais écrire un très long article, car j'ai beaucoup à dire sur la tenue du violon, la souplesse, l'orientation du violon, le fait de jouer avec ou sans épaulière et comment la régler si on choisit de faire avec, les solutions de substitution, et le choix de la mentonnière, afin de pouvoir jouer de l'instrument d'une façon naturelle et non anti physiologique.. Autant dire qu'il s'agit de jouer bien et avec facilité plutôt que de torturer son corps pour obtenir un résultat quasi impossible avec l'équipement et la tenue de violon que l'on a. Désolée pas de vidéos ni de photos sur cet article, mais des informations très importantes, je pense.

Je vais commencer par un résumé de mon évolution  dans la tenue du violon, cela vous montrera comment une autodidacte avance et est guidée, et pourquoi certains croient que j'ai un professeur en réalité, hihi.

1 - Au tout début, j'ai suivi la méthode Lesseur. Sur les conseils de M. Lesseur, le violon devait être le plus à gauche possible. pour favoriser la liberté du bras droit. La main gauche, quant à elle, ne devait pas bouger quand les doigts s'étendaient pour atteindre les cordes les plus éloignées (dans la méthode on commence les exercices par la corde de la, on travaille sur la corde de sol en dernier, dans cette logique d'étirement). Au début on n'utilise que les 3 premiers doigts et avec toutes ces indications plus les nombreuses vidéos que j'ai regardées, j'ai trouvé un premier équilibre. J'ai passé 3 mois à chercher comment régler mon épaulière sur la base de toutes les indications données dans la méthode et en vidéos, j'ai essayé 4 types d'épaulières. L'idée était que le violon tienne sur l'épaule, que la main gauche et le pouce soient quasi inutiles pour le tenir et que l'on puisse lâcher le violon en le tenant entre le menton et l'épaulière...dans une pince. Le réglage de l'épaulière a été de trouver la bonne forme et la bonne hauteur de chacun des pieds pour que je n'aie pas à pencher le cou.. c'était déjà un bon point pour éviter les douleurs cervicales. je tiens à dire que cet équilibre ne causait pas de douleur.

2 - Commencement de l'utilisation du quatrième doigt : je dois affronter ma difficulté principale, que je prévoyais avant même de commencer le violon. J'ai un auriculaire qui arrive à la moitié de la longueur de l'annulaire et c'est mon handicap pour le violon. Pour poser ce doigt, comme le préconise M. Lesseur j'ai assoupli au maximum ma main (qui est souple à la base), et étiré les doigts. J'ai du aussi modifier ma prise du violon en posant le pouce plus bas. J'ai joué ainsi un certain temps. Je n'ai rien touché aux autres réglages à ce moment-là.

3 - Au bout de 4/5 mois ,  début à la troisième position et presque au même moment je commence à vibrer. Là je rencontre un os. Mon quatrième doigt cette fois ne peut plus atteindre les cordes de sol et de ré  en troisième position en continuant à procéder comme le préconise la méthode Lesseur. Sur la corde de ré, lorsque le doigt produit le do, il se bloque en surextension, ça fait mal et il faut le débloquer... ça ne va pas du tout. Heureusement je suis toujours bien inspirée et "par hasard" je trouve les vidéos de professor V. Or, il se trouve que celui-ci ne préconise pas du tout la même chose que M. Lesseur : pour lui, la main doit bouger du fait d'un mouvement du coude gauche, pour permettre aux doigts de se positionner sur les cordes toujours de la même façon, bien arrondis et selon le même angle quelle que soit la corde.. J'essaie immédiatement, je laisse ma main devenir mobile.. Et miracle, je peux poser le quatrième doigt arrondi sur toutes les cordes en troisième position. Double miracle, du coup je peux vibrer avec le quatrième doigt. quand je vois que des gens qui jouent depuis des années posent leur petit doigt tout tendu et n'arrivent pas à vibrer avec ce petit doigt, j'appelle cela un petit miracle.. Bien entendu à 5 mois de violon, mon vibrato n'est pas très maîtrisé mais il existe sans douleur ni difficulté réelle. Cette période où j'ai changé la façon de poser les doigts et commencé à vibrer est très importante car cela m'a vraiment libérée.. mon bras, ma main sont devenus mobiles autour du manche dans toutes les directions, c'est un énorme changement vers la liberté. En faisant cela cependant, j'avais tout de même un petit doute : est-ce que je faisais bien ? Il y a 3 jours j'ai reçu le livre de  Yehudi Menuhin  (l'art du violon)et lui aussi explique que le coude doit se balancer pour permettre à la main de pivoter autour du manche, et aux doigts d'attaquer les cordes toujours de la même façon et avec la même force. Pas du tout question d'étirer les doigts. Je suis donc tout à fait rassurée et tiens à vous faire part de cette information très importante.

4- Pendant les  8 mois qui ont suivi je n'ai rien changé à ma tenue du violon.  Mais l'aisance est devenue plus grande , ainsi que la liberté que j'avais par rapport à l'instrument. Par exemple, je jouais en général sans poser le menton sur la mentonnière,  je pouvais regarder à droite à gauche, et lire la partition face à moi tout en jouant avec le violon toujours sur la gauche.  Depuis la position de départ qui était le plus à gauche possible, mon violon avait tout de même un peu bougé naturellement , il n"était plus autant à gauche. D'une façon générale j'ai bénéficié de ma souplesse naturelle, de ma capacité à sentir mon corps et son équilibre, et encore plus de mon relâchement intérieur. Je reste persuadée que ces qualités sont ce qui a le plus joué en ma faveur pour le violon, et que c'est cela qui fait que je n'en bave peut-être pas autant que d'autres.  Ce ne sont pas des qualités en rapport direct avec la musique, mais cela compte à mon avis plus que l'oreille, par exemple, dans le jeu au violon. Mon poignet droit par exemple a toujours été relâché et j'ai découvert toute seule le sautillé à  2 mois de violon.  A partir de 7/8 mois de pratique, je suis entrée dans une période où j'avais le sentiment d'avoir passé un cap, qui se caractérisait par exemple, par le fait que ne pas jouer plusieurs jours ne me faisait plus ressentir de perte dans ma qualité de jeu.. Ces derniers mois j'ai pu commencer à  jouer de la harpe, tout en continuant mon apprentissage du violon "tranquillement", c'était ma sensation. Qu'il suffisait d'apprendre les choses les unes après les autres, sans se presser et que ce n'était pas compliqué en soi. Certaines choses semblaient acquises.  Avec l'aisance me venait parfois l'idée de jouer sans épaulière, ce que j'étais tout à fait capable de faire maintenant (et aurait été impossible au début en posant le violon à gauche). Je me suis posée aussi la question de la mentonnière mais sans rien changer...Mais voici que la révolution arrive.

5- La semaine dernière je joue le violon 1 du canon de  Pachelbel avec cette partition  canonviolon1 et là je remarque que mon violon bouge vers le centre, et que l'épaulière suit, ce qui fait qu'elle n'est plus en place. Bien évidemment, une épaulière est une barre rigide et elle n'est pas faite pour bouger. En réalité, l'épaulière telle qu'utilisée par la plupart empêche l'épaule de bouger.  Comme je ne serre pas mon violon entre l'épaule et la mâchoire; mon épaule a pu bouger toute de même et le violon aussi... Là ça commence à me mettre la puce à l'oreille et j'essaie à nouveau de jouer sans épaulière... Parallèlement, n'ayant plus rien à lire j'avais commandé le livre de Yehudi Menuhin : "l'art du violon".  C'est très peu de temps après ce nouvel essaie sans épaulière que je le reçois. Premier conseil de Menuhin : ne pas utiliser d'épaulière.. second conseil, utiliser une mentonnière de type Flesch. Il  s'agit d'un modèle classique de mentonnière centrale..il insiste sur le fait que le violon doit reposer sur la clavicule (et non l'épaule comme on le croit souvent). Je prends mon violon sans épaulière et je me dis que je vais essayer de le tenir de la façon la plus naturelle possible. Je me tiens debout, les pieds bien ancrés dans le sol, à plat. Les bras le long du corps. Je pose mon violon sur la clavicule en relevant simplement le bras et pour qu'il soit bien en équilibre dessus. Je fais attention à ce qu'il n'y ait pas de tension dans le dos, ni à l'épaule, tout reste détendu. LE violon posé ainsi n'est pas très à gauche, il l'est moins qu'avant.  Je penche la tête (et non le cou) comme pour poser le menton sur la mentonnière, mais bien droit, et là le menton tombe sur .. le cordier !/.. je me dis que donc, il me faut une mentonnière centrale. Pour régler la hauteur du violon, je place l'archet avec le bras droit sur les cordes, et ensuite je monte mon bras gauche à la même hauteur pour que ce soit équilibré. Résultat: le violon monte moins haut qu'avant, il est à l'horizontale... je joue.. là il y a plein de changements :
Tout d'abord le son est encore plus puissant qu'avant et il vient plus de devant (avant c"était surtout dans l'oreille gauche)... il est tellement puissant que je vais devoir me résoudre à utiliser la sourdine pour ne pas finir sourde. Le maniement de l'archet est plus facile. Je ressens une sensation de force, de stabilité, et il est plus facile de jouer à la  pointe : beaucoup plus facile. En effet, lorsque l'on joue à la pointe avec un violon à gauche le bras  droit est très tendu  (et d'autant plus qu'on est petit et que le bras est court), ainsi maîtriser l'archet à la pointe  est presque impossible... Je comprends maintenant d'où vient l'impression de facilité des fiddlers... ils jouent presque tous avec le violon sur le devant. et pour couronner le tout ils le penchent souvent, en appuyant le bras gauche le long du corps. cela leur donne une stabilité totale et rend le jeu à la pointe très facile (essayez !). Bien entendu cela marche parce qu'ils ne jouent qu'en position 1, car le bras gauche et toute la partie gauche du corps doit être totalement libre pour bien jouer dans toutes les positions. De plus ils ont une main gauche peu mobile, et souvent de longs doigts qui s'étendent simplement sur les cordes, tout cela est contraire à un bon jeu en classique et à ce qu'expliquent Menuhin ou professor V...    Donc revenons à ma position, violon plus vers le centre, en plus l'archet est droit naturellement. Bien entendu ! le violon est naturellement placé ainsi cordes perpendiculaires à l'archet, il suffit de plier le coudre droit et ça reste perpendiculaire. Pas besoin de s'entrainer à jouer droit, on joue droit naturellement.  il n'y a plus besoin de compenser le trajet de travers de l'archet avec l'épaule  par exemple..Toutes ces découvertes m'enchantent et confirment ce que je pressentais déjà : jouer du violon n'est pas difficile en soi. si le violon était aussi anti -naturel qu'on le dit, il aurait sans doute changé de forme depuis longtemps. en fait il faut être relâché, prendre le violon correctement et ça roule ! Je pense que toutes ces infos sont très importantes car la majorité des gens qui cherchent des infos sur mon blog cherchent à résoudre des problèmes de tenue du violon ou de l'archet, ou de son, qui pourraient être résolus facilement. Avec tout ça le son est bien meilleur. DE plus le violon repose sur l'os de la clavicule et le son se propage dans notre squelette..

Alors est-ce que l'épaulière manque ???

Pas vraiment. La première chose que j'ai faite est de prendre un morceau de cuir assez grand pour le placer sous le violon et contre mon cou car le contact direct fait un peu mal, de plus c'est anti dérapant... peut-être que lorsque j'aurai la nouvelle mentonnière je ferai deux trous dedans pour y passer les montants de l'attache mentonnière, ainsi cette pièce de cuir sera attachée au violon et empêcherait toute glissade tout en protégeant mon cou (cette option me semble très intéressante pour les enfants)... Jouer  sans épaulière n'est pas plus difficile.. Par contre, le poids du violon repose plus sur le bras, ce qui est normal, mais du coup ça peut fatiguer.. mais rassurez vous la vie m'a ensuite donné les infos nécessaires pour arranger ça...

6 - tout ceci se passe en une journée.. je cherche sur internet  une mentonnière Flesch et encore plus d'infos sur le jeu sans épaulière.

Je trouve d'abord cette page intéressante : " sans coussin , sans souci" , qui insiste sur l'importance de la mentonnière et sur l'appui du violon sur la clavicule.

Je poursuis mes recherches et  là je trouve autant d'infos que nécessaires en un merveilleux site, qui me donne tout ce qu'il manquait à ma réflexion :

violinist in balance

Il s'agit d'un site qui relate en détails (mais vraiment tous les détails) une expérience menée avec 11 violonistes et altistes, tous jeunes, d'un très bon niveau, sur leur tenue de violon. il part du constat de départ de leur façon de tenir le violon, comment le cou se place, le dos, les épaules, l'archet, etc.. et modifie petit à petit leur matériel pour leur permettre d'avoir une  bonne posture.. attention pas une bonne posture selon les critères d'un prof de conservatoire, mais une bonne posture selon les critères de la santé... Je vous conseille de lire le site en entier.. vous découvrirez avec stupeur que pour tous les musiciens, une mentonnière centrale a été nécessaire. que plus jamais il ne faut poser l'épaulière sur l'épaule, etc... Chaque cas est relaté, il y a des vidéos, le travail à réaliser est expliqué point par point, comment choisir une mentonnière, etc etc.. j'ai passé tout mon dimanche à lire ce site.. Et je peux vous résumer ce que vous devez faire pour corriger votre tenue du violon, pour ceux qui ne lisent pas l'anglais.

1 Prenez le violon posez le sur la clavicule. Quelle est la distance entre votre menton est le mentonnière. ?vous devez pouvoir poser votre menton sans avancer le cou ni pencher la tête, donc la mentonnière doit être assez haute. avec votre violon sur la clavicule, gardez la tête droite regardez en face de vous, puis pivotez la tête en direction du violon sans la pencher. ensuite baisser le menton sans bouger le cou , il doit se poser gentiment sur la mentonnière. si vous tombez sur le cordier, pensez à la mentonnière centrale, si vous n'arrivez pas poser votre menton sans  vous servir de votre cou , votre mentonnière est trop basse. La mentonnière doit arriver à bonne hauteur pour que le cou reste droit. c'est quelque chose que j'avais compris dès le début et cherché pendant 3 mois en essayant de le faire avec un réglage d'épaulière !

2 orientation du violon. regardez vous dans une glace, posez l'archet sur les cordes.Faites un angle de 90 degrés avec votre bras droit (angle entre le bras et l'avant bras). regardez comment l'archet se trouve par rapport aux cordes. Si cela n'est pas perpendiculaire maintenant au niveau des cordes, cela ne le sera jamais. rectifiez la position du violon pour que les cordes soient perpendiculaires à l'archet (cela revient le plus souvent à pivoter le violon pour qu'il soit moins vers la gauche). plier le coude droit et vérifiez que l'archet reste perpendiculaire sur toute sa longueur sans avoir à rectifier de l'épaule ou autre... ça c'est un gros changement. pour les personnes très grandes, parfois il faut au contraire aller un peu plus à gauche pour qu'elles puissent bien jouer au talon.

3 une fois que la mentonnière est la bonne (on règle surtout la position, mais aussi la hauteur sur chaque pied, cf le site).. Que vous tenez votre violon sur la clavicule sans épaulière, bien orienté et parallèle au sol,il peut y avoir un écart entre le violon et votre corps qui fait que si vous lâchez la main gauche il va pencher fort en avant. Ce n'est pas forcément un problème et cela n'en pose par pour Menuhin. mais à ce point vous pouvez opter pour quelque chose qui comblera un peu ce creux et vous aidera à "porter" le violon ou plutôt le relever. C'est là que le coussin peut revenir.. seulement même en utilisant épaulière ou coussin, il faut  absolument que le violon repose sur l'os de la clavicule, il ne doit plus être suspendu dans le vide au dessus de l'épaule comme il l'était peut-être avant. le violon repose sur la clavicule. voici ce que je fais, je prends un chiffon que je roule, et là je vois comment je peux boucher un peu l'espace pour m'aider à relever le violon et donc soulager le bras gauche, sans que le violon ne change de position ni de place sur la clavicule. A ce stade chacun doit trouver son système, ce qui est très bien montré sur le site : chiffon roulé, petit coussin gonflable, ou en éponge, et même épaulière Wolf forte secondo mais réglée d'une nouvelle  façon.

j'ai à peu près obtenu de garder le violon dans sa bonne position tout en utilisant une épaulière wolf en la réglant comme suit (je ferai des photos) : au lieu que la partie qui est du côté du sternum soit proche du fond du violon elle est plus haut. de l'autre côté, c'est l'inverse, la partie qui est du côté épaule est au plus près du bouton.. ainsi elle n'appuie pas sur l'articulation de l'épaule est la laisse mobile. pour faire cela il m'a été nécessaire de régler l'épaulière wollf forte secondo dans sa configuration la plus courte (donc celle d'un violon 3/4). le résultat est pas trop mal mais moins confortable qu'avec un petit coussin en chiffon. une épaulière est rigide et c'est là tout le problème.

Actuellement j'attends de recevoir ma mentonnière Flesch pour peaufiner mes réglages et je joue sans épaulière en posant le menton sur le cordier.. Je réfléchis à la confection d'un coussin de clavicule (et non d''épaule) personnel.

Attention : réaliser ces ajustements représente de grands changements, qui font perdre vos repères et nécessite une à deux semaines d'adaptation.

Je vous incite à lire ce site et aussi le livre de Menuhin. Ce livre ne parle que de souplesse, d'exercices de yoga, d'articulations libres..  Il s'adresse à des violonistes de tous niveaux et âges. Menuhin était persuadé que la réussite au violon passait par une bonne hygiène de vie, un corps souple, un mental calme.. Toute sa méthode repose sur la prise de conscience de son corps, la libération des articulations du violoniste. Il écrit que son prof de yoga est son meilleur prof de violon. Il propose avant tout des exercices physiques, de relaxation, d'étirement,  et de mouvement, qu'on ne trouve jamais dans les méthodes de violon. Cela confirme mon ressenti : la qualité du jeu se situe dans des aptitudes qui sont  au-delà des exercices d'archet ou de mécanisme, ce n'est pas forcément ni uniquement en faisant ces exercices qu'on assouplit un poignet, qu'on apprend à maîtriser l'archet ou à bouger sa main gauche. Pour moi l'apprentissage du violon est depuis le début une question de corps et de sensations.. encore faut-il respecter son corps au lieu d'essayer de lui imposer dès le plus jeune âge des positions antinaturelles en espérant que le jeune corps s'adaptera. L'exemple des 11 musiciens de l'expérience montre que beaucoup de jeunes sont abîmés par des postures en dépit du bon sens. Je me souviens de cette prof de conservatoire qui disait qu'on ne pouvait pas apprendre le violon à l'âge adulte car il faut développer des capacités physiques particulières dès l'enfance. Voilà à mon avis une belle bêtise... cela revient à dire au fond , il faut pouvoir faire accepter à un jeune corps la torture qu'un vieux corps n'accepterait plus. Mais à mon sens un corps normal et en bonne santé suffit pour jouer du violon.. Peut-être que les virtuoses ont des qualités spécifiques, je crois plus qu'elles sont musicales que physiques, mais avec un corps humain en bonne santé normal, on doit tous pouvoir jouer du violon. En tout cas ce n'est certainement pas le corps qui en empêche si ce n'est pas le cas...

Voici la fin de mes réflexions pour aujourd'hui. Je ne suis pas là pour déclencher des polémiques mais pour informer et partager mon point de vue.. Si cela peut aider quelqu'un, tant mieux.